Catherine Neveu enfant covid

Et les enfants dans tout ça ?

Nos enfants face à la crise sanitaire

Depuis un an, les enfants ne sont-ils pas les grands oubliés du tumulte que nous traversons ? En maternelle, primaire, collège, lycée… nos enfants souffrent énormément de cette situation ; nous les croyons…, ils se croient… solides via leurs réseaux sociaux et pourtant ce n’est pas le cas.

Les apparences sont si trompeuses ; déscolarisations, déprimes, scarifications, pensées suicidaires font leurs nids dans cette période chaotique et incertaine.

C’est pourquoi il est primordial de les écouter pour les entendre, les regarder pour les voir, leur prêter attention pour sentir leur déséquilibre, essayer de les soutenir pour éviter la chute qui peut être longue et douloureuse. Aidons-les à regarder les choses telles qu’elles sont et non comme les informations de toutes sources veulent que nous les voyions.

Recentrons-les sur l’Essentiel

Ne laissons pas les enfants sous l’hypnose du monde qui s’agite, se déchaîne, s’auto-détruit ; extériorisons-les de « l’extérieur » et recentrons leur conscience sur ce qu’il y a de plus important pour qu’ils tiennent debout et restent fiers de ce qu’ils sont.

Parents référents enthousiasmez leur vie, aidez-les à regarder ce qui est beau, laissez leurs ‘’délires’’ créatifs, ludiques et joyeux être le Cœur et l’Energie salvatrice de leur vie.

L’Etre Humain, quel que soit son âge, est ici-bas pour vivre en groupes ; il se nourrit de partages, de regards, de contacts, de rires, de sensations, d’émotions… d’amour. Pensons-y !

C’est la raison pour laquelle maintenir sa barque de vie sur cette mer déchaînée est une priorité, il est donc important d’aider les enfants à :

  • Retrouver ‘’leur centre’’ pour l’équilibre physique, physiologique, mental, psychologique, émotionnel et spirituel.
  • Parler pour exprimer ce qui tourne en boucle et ronge leur énergie vitale
  • Laisser vivre leurs émotions
  • RESPIRER !

Oui, RESPIRER, prendre l’air à plein poumons, laisser leur corps se nourrir d’oxygène comme on laisse les voiles d’un bateau se gonfler du vent bienfaiteur pour avancer et aller découvrir des horizons nouveaux…

Catherine Neveu

partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur print
Partager sur email
Retour haut de page