Le Clown et l’estime de soi.

Photo by Sharon McCutcheon on Unsplash

Une histoire pour commencer car quoi de plus pertinent qu’un témoignage ?

J’ai rencontré le clown il y a près de 15 ans et il m’a sauvée la vie dans le sens littéral du terme. Alors que je traversais une phase de ma vie très difficile – rejet de moi, perte de sens, dévalorisation etc. – j’ai souhaité allier mes séances de psy avec le travail en groupe. C’est ainsi que je me suis engagée sur mon premier stage clown sans savoir que celui-ci marquerait un tournant décisif dans ma vie. Ce fut une bascule un tsunami !

Mais comment dire avec des mots ce qui a été de l’ordre d’une expérience, d’un effleurement de l’Etre ? Car oui, le clown est avant tout une expérience sensitive, émotionnelle, charnelle … spirituelle dans l’Ici et le Maintenant. Cette expérience m’a fait contacter les parts de moi que je rejetais, en d’autres termes mon ombre, et ce fut le début – le travail du clown étant un processus – d’une rencontre, d’une réconciliation, d’une unification. J’apprenais à m’aimer malgré mes imperfections, mes échecs, à reconnaître mon humanité et donc ma finitude et mon imperfection. J’apprenais aussi – où est-ce le clown qui m’apprenait ?! – à aimer le monde.

Et tout ça sous la bienveillance de l’animatrice sans qui ce processus n’aurait pas été possible. Et tout ça aussi dans la joie, au-delà des théories, dans l’éprouvé. Je ne pouvais pas garder ça pour moi ; ma contribution allait être à partir de ce jour-là : Aider les gens en mal d’eux-mêmes à retrouver le goût de l’intense et à rendre sacré le film de leur vie.

Le clown c’est l’expression joyeuse de notre humanité retrouvée.

Article écrit par Véronique Geslin.